BERLIN

29 avril, 2015

Le mythe de la caverne ou l’importance du mental dans le sport.

Classé sous Liens — jeanchristopheberlin @ 16:43

numérisation0018

Je vous recommande la lecture de: » le mental dans tous ses états » de YVES RIEDRICH.

l ‘auteur nous rappel, non sans humour , »le mythe de la caverne « issu de la République de Platon:

Des hommes vivent enchainés dans une grotte ne percevant que des bribes du monde

exterieur. Un jour on leur propose de sortir au grand jour et de vivre à la lumière du soleil.

Très vite ils retournent dans leur grotte incapables de vivre au grand jour car trop imprégnés

de leurs vision du monde.

Aussi n’ignorons pas l’importance du mental dans la réussite du sportif car c’est lui qui

tire ou qui enlève le frein..

23 avril, 2015

LES VETEMENTS DE COMPRESSION FACILITE LA RECUPERATION DU SPORTIF

Classé sous Liens — jeanchristopheberlin @ 17:48

proteines imageCette analyse très sérieuse conclue a un effet bénéfique des vêtements compressifs sur la récupération du sportif professionnel ou amateur

avril 2015 – Lésions musculaires, vêtements compressifs et récupération après efforts : une méta-analyse

L’entrainement et la compétition sportive se traduisent souvent par des lésions musculaires induites par l’exercice (exercise-induced muscle damage, EIMD). Le degré de lésion musculaire dépend de plusieurs facteurs y compris le type d’exercice, la durée, l’intensité et l’accoutumance à l’exercice. De plus, l’exercice avec une composante  excentrique entraine avec une plus grande ampleur des symptômes négatifs associés aux EIMD. Pendant une contraction excentrique, le muscle s’allonge alors sous tension, provoquant des dommages mécaniques aux sarcomères; cela conduit à une réponse inflammatoire, propre  à exacerber le degré de lésion. Les EIMD se caractérisent  par un certain nombre de symptômes, y compris des réductions temporaires de la force musculaire, de la vitesse de développement de la force, de la diminution de l’amplitude des mouvements, d’une expansion liquidienne, d’une augmentation de la perception nociceptive et de l’apparition de protéines intracellulaires dans le sang. Ces symptômes peuvent durer pendant un certain nombre de jours et peuvent affecter la capacité de s’entraîner à l’intensité souhaitée au cours des sessions  suivantes, ayant ainsi un impact sur les programmes d’entrainement sur le  long terme et sur la performance en compétition. En conséquence, les méthodes pour réduire les symptômes négatifs associés aux EIMD font l’objet de recherches importantes.

Un certain nombre de modalités ont été étudiées dans la recherche d’un traitement pouvant réduire les effets des EIMD et /ou accélérer la reprise ; notamment, le massage, les supplémentations en antioxydants, les immersions en eau froide (NDLA : on pourrait rajouter les stratégies de récupération active, les étirements, le sommeil, la physiothérapie ou encore la nutrition) et, récemment, l’utilisation de vêtements de compression. Ces derniers sont largement utilisés pour traiter des pathologies cliniques telles que la thrombose veineuse profonde et l’insuffisance veineuse chronique. L’utilisation de vêtements de compression dans le sport est de plus en plus populaire en raison des revendications que ceux- ci peuvent améliorer la récupération après un exercice intense en créant un gradient de  pression externe, réduisant ainsi l’espace disponible d’une éventuelle expansion liquidienne (NDLA : relative à un état inflammatoire). D’autres avantages sont avancés comme l’augmentation du flux sanguin participant ainsi à l’élimination des déchets et metabolites musculaires.

La preuve de l’efficacité des vêtements de compression dans le soulagement des symptômes associés à une lésion musculaire est équivoque dans, à  la fois, dans  les études en faveur mais aussi en défaveur de l’utilisation de ces vêtements. MacRae et coll. dans leur examen descriptif sur les vêtements de compression  ont indiqué que les écarts dans les résultats pourraient être dus à des différences entre les études dans les populations, la modalité d’exercice,  le degré de compression, le type de vêtement de compression et la durée du traitement. En conséquence, afin de clarifier le rôle des vêtements de compression dans la récupération des EIMD, le but de cette enquête était de procéder à un examen systématique et une méta-analyse sur l’efficacité de ces vêtements de compression dans la récupération des dommages créés par l’exercice musculaire.

 

Méthodes Recherche documentaire
Une revue systématique avec méta-analyse a été réalisée  à l’aide  de mots clefs. Une recherche électronique de la littérature, se terminant en Août 2012, a été réalisée en utilisant des combinaisons des termes suivants dans trois bases de données en ligne (MEDLINE (PubMed), SportDiscus et ISI Web of Knowledge ): vêtement de compression, bas de compression, l’exercice, EIMD, la performance, la récupération, le sport. Les listes de tous les articles obtenus de référence ont été examinées afin d’identifier d’autres études.

 

Les variables de résultat
La littérature a été examinée en se penchant sur   les effets des vêtements de compression sur la récupération due aux EIMD. Et cela en se basant sur  les variables de résultats suivantes, qui reflètent les indices les plus couramment évalué dans la littérature concernant les  EIMD, à savoir: la puissance musculaire, la force musculaire,  les douleurs musculaires et  la créatine kinase (CK). Les mesures de la puissance  musculaire  inclut  toute activité qui a mesuré la puissance explosive du muscle; par exemple  un saut contre-mouvement (activité  pliométrique avant le saut) ou  un sprint 5 m. La force musculaire, elle,  inclut des mesures de  contraction musculaire isométrique / isocinétique / isotonique. Les mesures des douleurs musculaires en raison de courbatures d’apparition retardée (DOMS Delayed Onset muscle Soreness) ont été obtenues grâce à l’utilisation d’échelles visuelles analogiques ou échelles de Likert et, enfin, les mesures de CK ont été obtenues à partir de  prélèvement  capillaire artériel ou veineux.

 

Inclusion et d’exclusion critères
Des études ont été inclues sur la base des critères suivants:

  • les participants ont été randomisés en un groupe de vêtement de  compression versus groupe de contrôle ;
  • s’ils étaient évalués sur, au moins, une des variables de résultat et évalués à l’inclusion immédiatement  et à nouveau à 24 et / ou 48 et / ou 72 h après la séance d’exercice ;
  • la population de l’étude pouvait être  masculine ou féminine et de tous les niveaux d’entrainement ;
  • si le vêtement de compression avait été porté après ou pendant l’exercice dommageable.

Des études ont été exclues si :

  • vêtement de contention n’a pas été appliquée dans les 2 h suivant l’exercice ;
  • le groupe expérimental a reçu de multiples traitements ou si le groupe de contrôle a entrepris toute pratique qui pourrait être perçue comme visant à  améliorer la récupération;
  • les données étaient insuffisantes.

Extraction des données

Les données ont été extraites de toutes les études incluses. Dans certains cas, les données de moyenne et d’écart-type ont été extrapolées à partir des tableaux relevés. Le risque de biais a été calculé conformément à la Collaboration Cochrane Guidelines. Analyse du risque de partialité en conformité avec la Cochrane Collaboration.

 

L’analyse statistique
Toutes les analyses ont été effectuées en utilisant un logiciel de méta-analyse complet  (V.2.2.057; Biostat Inc, Englewood, New Jersey, USA). Toutes les données ont été analysées en utilisant un modèle à effets fixes. La mesure  g de Hedges avec IC à 95% a été utilisée pour indiquer les différences moyennes standardisées. Les tailles d’effet ont été fixée s à <0,40 = petite, de 0,40 à 0,70 = modéré et> = 0,70 large. Les différences systématiques (hétérogénéité) ont été évaluées en utilisant une statistique de I², qui indique le pourcentage de variabilité entre les études dû à l’hétérogénéité. Un niveau significatif  de p ≤ 0,05 a été appliqué.

 

Résultats
Au total, 5292 dossiers ont été identifiés grâce à des recherches de base de données et  sept autres études ont été identifiées grâce à la liste de référence des recherches. Sur un total de 5299 dossiers examinés, 5250 n’étaient pas pertinents pour cette analyse et ont été exclus, laissant 49 études pour évaluer l’admissibilité. Sur les 49 études potentiellement pertinentes, 37 ont été exclues en raison de données manquantes, de différentes variables de résultats des critères d’inclusion signalés, de variables de résultats non mesurées conformément aux critères d’inclusion des critères de temps, de timings d’application du vêtement de compression qui n’étaient pas en conformité avec les critères d’inclusion. Douze études qui répondaient aux critères d’inclusion ont fourni des données pour la méta-analyse (voir tableau 1). Le niveau d’entrainement  des participants dans les études incluses variait de non entrainé à élite. Le nombre total de participants à l’ensemble de données était de 205 (n = 136 hommes et n = 69 femmes) avec un âge moyen de 22,3 (écart-type de 2,3) ans. Le risque de biais a été pris en compte et traité. Le résultat de l’évaluation a révélé que la production de la séquence et dissimulation de la répartition était largement incertaine et qu’aucune des études n’a pu se targuer de répondre aux critères de « double-aveugle ».

Processus de sélection de l’étude de l’identification initiale à l’inclusion
Un total de 28 points de données ont été extraits des documents de recherche originaux et inclus dans l’analyse finale. L’utilisation de vêtements de compression donnait un bénéfice modéré dans la réduction des DOMS (g de Hedges = 0,403, IC à 95% de 0,236 à 0,569, p <0,001; figure 3). La statistique I² indiquait une hétérogénéité minimale (0,001%). Le graphique en  forêt (forest plot) donnait  une comparaison possible entre l’utilisation d’un vêtement de compression et les mesures de DOMS.

L’utilisation de vêtements de compression semble avoir un effet modéré sur la récupération, post exercice, de la force musculaire (la g de Hedges = 0,462, IC à 95% de 0,221 à 0,703, p <0,001). L’analyse a été réalisée en utilisant un échantillon de 15 points de données extraites (figure 4). Une statistique I²de 4,8% a révélé une hétérogénéité mineure. Le graphique en forêt (forest plot)  donnait une comparaison possible entre l’utilisation d’un vêtement de compression et les mesures de la force musculaire.

L’utilisation de vêtements de compression a un effet modéré sur la récupération de la force musculaire post-exercice ( g de Hedges = 0,487, IC à 95% de 0,267 à 0,707, p <0,001). Dix-sept points de données extraites ont été inclus dans l’analyse. Une valeur de I² de 0,001% suggère une hétérogénéité mineure. Le graphique en  forêt (forest plot)  donnait  une comparaison possible  entre l’utilisation d’un vêtement de compression et les mesures de la puissance musculaire.

L’analyse de 18  points de données a révélé que l’utilisation de vêtements de compression avait un effet modéré sur la réduction des concentrations de CK post-exercice (g de Hedges = 0,439, IC à 95% de 0,171 à 0,706, p <0,001). Une valeur de I² de 37,4% indique hétérogénéité modérée. Le graphique en  forêt (forest plot)  donnait  une comparaison possible  entre l’utilisation d’un vêtement de compression et les mesures de CK.

 

Discussion
Il y a un nombre croissant d’études portant sur l’utilisation de vêtements de compression dans la performance et la récupération. Cependant, l’efficacité de ces vêtements reste incertaine. La grande variation dans la conception méthodologique, combinée avec les différences de moment d’utilisation et de durée d’utilisation, les modalités d’exercice et le niveau d’entrainement de la population étudiée, a peut-être contribué à des résultats apparemment contradictoires. Cette étude ici présentée, a utilisé une approche de  méta-analyse pour déterminer si l’utilisation de vêtements de compression, en tant qu’outil de récupération, est efficace. Les résultats indiquent que lorsque les vêtements de compression sont utilisés après, ou pendant et après, l’exercice intense, les participants éprouvent une réduction modérée de la gravité des DOMS, la réduction des dégradations de la force et de la puissance et une concentration réduite de CK.
Les résultats suggèrent que l’utilisation d’un vêtement de compression atténue la perception des DOMS. Le total des g de Hedges indique que, avec l’utilisation de la compression, 66% des sujets manifestent  une réduction des DOMS. Le mécanisme sous-jacent pouvant  expliquer cela reste actuellement incertain. Plusieurs théories ont été proposées. Certains auteurs suggérant que les DOMS surviennent en raison de la modification de l’interface entre la fibre musculaire et le tissu conjonctif environnant. D’autres suggèrent que ces DOMS sont associées à une  réponse inflammatoire et d’autres encore  suggèrent que c’est une combinaison de deux.  La réponse inflammatoire qui survient lors de lésions tissulaires, crée une augmentation de pression osmotique dans  les tissus entrainant une stimulation des nocicepteurs, ce qui entraîne les sensations de douleur et courbatures. Bien que quelque peu spéculative, on peut penser que l’application de la compression engendre un gradient de pression externe qui atténue les variations de la pression osmotique et réduit l’espace disponible pour la présence d’œdème et d’hématome potentiels. Une réduction de pression osmotique, se produisant en raison d’une diminution des exsudats, peut diminuer le degré de chimiotaxie (déplacement cellulaire en fonction d’espèces chimiques présentes), atténuant ainsi la réponse inflammatoire et la perception de la douleur. Cependant, cela reste à être démontré de façon empirique. Néanmoins, une diminution  des DOMS est bénéfique pour les athlètes et peut participer à la diminution des délais de retour à l’activité.
La plupart du temps, les vêtements de compression sont portés lors de la récupération afin d’améliorer par la suite la  performance. L’étude ici présentée  démontre que  la  force et la puissance  reviennent plus rapidement à un niveau optimal avec l’utilisation d’un vêtement de compression. Les chiffres,  pour la récupération plus rapide des niveaux  de force et de puissance, indiquent respectivement  69% et 66%, d’amélioration lors de l’utilisation d’un vêtement de compression. Les diminutions  de la fonction musculaire ont été attribuées aux courbatures  mais aussi aux dommages architecturaux ainsi qu’à la réduction de l’activation musculaire. Il est très probable que les dommages architecturaux ne sont  pas les seuls facteurs  qui provoquent une diminution temporaire de la fonction musculaire. Des recherches antérieures ont indiqué que les dommages architecturaux ne se produisent pas systématiquement suite à l’activité  excentrique amenant aux DOMS. Par conséquent, il semble raisonnable de penser que la diminution de l’activation musculaire entraine également une réduction de la force musculaire, ce qui est cohérent avec les recherches précédentes. Considérant cela, la récupération de la fonction musculaire avec l’utilisation de vêtements de compression, que ce soit en raison de la réduction de la réponse inflammatoire ou de l’atténuation des  dommages architecturaux  survenant 48 à 72 h après l’exercice, est en mesure d’accélérer la restauration du système  central atteint et  se traduit  par une activation  musculaire volontaire réduite. En outre, l’utilisation d’un vêtement de compression peut être perçue comme une immobilisation dynamique, en réduisant l’oscillation musculaire et, dès lors, améliorer la contribution nerveuse dans le  processus de récupération.
La créatine-kinase (CK) a été largement utilisée comme marqueur des lésions musculaires. Cette étude a indiqué que l’utilisation de vêtements de compression est capable de réduire les concentrations de CK. La valeur  g de Hedges de 0,44 (figure 6) indique que 66% des sujets donne une CK réduite dans le sang. Les réductions des concentrations de CK observées lors de l’utilisation de vêtements de compression ont été attribuées à une atténuation de la libération de CK dans la circulation sanguine, la clairance des metabolites  améliorée et une récupération musculaire optimisée. Les vêtements de compression peuvent améliorer la circulation, probablement via un effet « pompe » musculaire optimisé. Cependant, le mécanisme exact reste spéculatif. Néanmoins, un retour veineux amélioré peut faciliter l’élimination des métabolites. Cela pourrait  expliquer pourquoi des niveaux réduits de CK font manifestement suite à l’application de la compression.
Un risque modéré d’hétérogénéité a été révélé pour les mesures de la CK dans les études dans cette analyse; ceci  est peut-être lié à des différences dans le niveau d’entrainement des participants dans chaque étude et le type d’exercice utilisé comme modalité de mise  en œuvre de l’étude. Par exemple, Montgomery et al ont enquêté sur la  récupération après un tournoi de basket-ball en utilisant des participants bien entrainés. En revanche, Kraemer et al. ont  examiné la récupération après deux séries de 50 flexions de coudes sur des sujets non entrainés. La réponse de CK à 72 h après l’exercice chez Kraemer et coll. semble inexplicablement de plus grande ampleur en comparaison avec toutes les autres études incluses dans l’analyse, ce qui risque de fausser les résultats globaux de CK et de contribuer à l’augmentation du risque d’hétérogénéité observée. L’utilisation de réponse de CK semble en contradiction étant donné que pour l’application de la compression, certaines études indiquent une réduction de la CK alors que  d’autres n’indiquent aucun  changement. Il est également important de considérer que la CK dans le sang est un reflet à la fois de la diffusion et de l’amélioration du système circulatoire. En conséquence, les variations de la concentration de CK doivent être interprétées avec une certaine réserve.
Les effets des vêtements de compression comme une modalité de récupération doit être perçue comme étant liée à l’amélioration de l’état tissulaire. Les résultats de la méta-analyse montrent que l’utilisation de la compression peut réduire le délai de récupération. Cependant, toute méta-analyse est limitée par les données disponibles et il y en a plusieurs dans la littérature utilisée dans cette analyse. La plupart des études incluses concernent des groupes sujets de petite taille, se traduisant  par une puissance statistique réduite. Aucune des études incluses n’a mis en place des stratégies de techniques inefficaces (NDLA : comme l’utilisation de vêtements non compressifs) auprès des groupes contrôles. En tant que tel, l’effet placebo ne peut pas être éliminé.

La plupart des études ne décrivent pas la méthode utilisée pour randomiser les sujets; ils ne mentionnent pas de  dissimulation de la répartition. Par ailleurs, les vêtements utilisés dans chacune des études varient aussi largement et comprennent le haut du corps et le bas du corps et à partir d’un panel large de fabricants, qui sont susceptibles de fournir des vêtements utilisant des différents degrés de pression.
La majorité des études publiées ne mesurent pas le degré de pression exercée par les vêtements et rendent compte  simplement des niveaux estimés et indiqués par le fabricant. Cela dégage un problème potentiel, étant donné  que les vêtements sont généralement conçus  en fonction de la taille et le poids de l’individu. En raison des différences morphologiques  et des variations des structures tissulaires, il peut y avoir de grandes variations de la pression exercée localement par un vêtement unitaille. Ces différences peuvent expliquer une partie de la variation dans les résultats au sein de la littérature et  la recherche future devrait tenir compte de cela en mesurant directement le degré de compression obtenu.

Enfin, les sujets entrainés sont susceptibles d’éprouver moins de symptômes négatifs en post exercice intense par rapport à leurs homologues non-entrainés et cela  en raison du niveau d’accoutumance à l’exercice et la capacité de reproduire de manière répétée des efforts. Cependant, il y a un manque de preuves pour appuyer cette théorie dans le contexte des vêtements de compression.

 

 

Conclusion
Un certain nombre d’événements sont impliqués dans le processus dommages-inflammation récupération et ils sont initiés très rapidement après la contrainte physique. Par conséquent, le déploiement rapide d’une stratégie de traitement est important. Cette étude est la première revue systématique avec méta-analyse dans le but d’examiner l’efficacité des vêtements de compression dans la récupération à la suite d’exercices ayant un impact négatif sur la fonction musculaire. Ces données fournissent de nouvelles informations tendant à penser que  l’utilisation de vêtements de compression favorise une récupération plus rapide de la fonction musculaire, de la diminution des douleurs musculaires d’apparition retardée ainsi que l’activité systémique de CK en comparaison avec un groupe témoin.

Des recherches complémentaires sont nécessaires pour étudier la relation entre le vêtement, l’ajustement, la pression exercée par le vêtement, l’état de la formation de l’athlète et l’effet que cela a sur les marqueurs de récupération. Cela peut répondre à certaines des conclusions contradictoires au sein de la littérature actuelle. Bien que les mécanismes physiologiques restent à être pleinement compris, cette étude met en évidence que l’utilisation d’un vêtement de compression semble optimiser  la récupération de la fonction musculaire ainsi que la réduction des  DOMS.

 

Résumé des résultats

L’utilisation de vêtements de compression semble réduire la gravité des DOMS, accélérer la récupération de la fonction musculaire et atténuer la concentration de CK après un effort intense. Ces résultats indiquent que le port d’un vêtement de compression peut améliorer la récupération après une activité physique  intense en entrainement et en compétition. Ces constatations pouvant avoir des  implications pour les athlètes d’élite mais aussi les populations de sport-loisir.

Erwan TANGUY, Kinésithérapeute du sport, formateur KINESPORT

 

Notes bibliographiques :

Compression garments and recovery from exercise-induced muscle damage: a meta-analysis

Jessica Hill, Glyn Howatson, Ken van Someren, Jonathan Leeder, Charles Pedlar

Br J Sports Med doi:10.1136/bjsports-2013-092456

13 avril, 2015

Du suspence, du partage…captivante nouvelle !

Classé sous Liens — jeanchristopheberlin @ 12:21

 

PAVILLON BLANC

une jolie critique du jour sur le site de la  Fnac

5/5 étoiles

par Julie
Paris, 10/04/2015
Du suspence, du partage…captivante nouvelle !
Une nouvelle subtile, à la fois remplie de douceur et de mélancolie. Le personnage principal est attachant,nous plongeant dans un univers où l’Homme dévoile une part de fragilité à travers un regard plein d’humanité.Rapide à lire, écriture fluide, je vous recommande cet ouvrage – dont on ne peut qu’espérer une suite.

les VOLTIGEURS ET SERGE BETSENpour les enfants du CAMEROUN

Classé sous Liens — jeanchristopheberlin @ 12:05

Vernon. Le rugbyman Serge Betsen a disputé un match de gala au stade Vernonnet

Sport. Le rugbyman a disputé un match de gala pour la bonne cause à Vernonnet. David Douillet, lui, n’a pu venir aux assises du sport.

Vernon. Le rugbyman Serge Betsen a disputé un match de gala au stade Vernonnet
1/4


les VOLTIGEURS ET SERGE BETSENpour les enfants du CAMEROUN dans Liens empty

Serge Betsen, ancien international de rugby, est venu disputer un match de gala vendredi soir sur le stade de Vernonnet avec les Voltigeurs, anciens joueurs du Stade français, et les Bourdons, club de rugby du Stade porte normande de Vernon.

La foule était là pour applaudir le match entre ces deux équipes, la météo aussi. Cette rencontre de trois fois vingt minutes, s’est déroulée dans un esprit « bon enfant ». Serge Betsen a même disputé le 2e tiers-temps avec les Bourdons de Vernon. Les Voltigeurs ont battu les Bourdons 6 essais à 3, score qui reste anecdotique.

Lors de la rencontre Serge Betsen s’est vu remettre un chèque de 3 000 € financé par les Voltigeurs et le Stade porte normande section rugby pour l’association la « sergebetsenacademy » dont le slogan est « une main tendue vers l’enfance ».

Serge, originaire du Cameroun, a créé cette association, il y a 10 ans afin de faire découvrir le rugby aux enfants défavorisés du Cameroun et de leur transmettre par le biais du rugby, des valeurs et des repères pour les aider à se construire dans la vie.

Le sportif n’a pas hésité pas à se faire prendre en photos avec les jeunes sportifs, serrer des mains ou à signer des autographes. Ce 3e ligne, triple champion de France et 63 fois sélectionné en équipe de France, a pour devise : « donner le meilleur de soi-même pour la réussite de l’équipe et apprendre aux autres pour innover et progresser ».

Douillet forfait

Hasard du calendrier, la venue de Serge Betsen coïncidait avec les premières assises du sport organisées samedi par la Ville de Vernon et la communauté d’agglomération des Portes de l’Eure. Le champion de judoka, reconverti en politique, David Douillet (UMP) a annulé sa présence au dernier moment, pour des raisons familiales. Malgré ce forfait, Jérôme Grenier, en charge des sports à la Ville et à la Cape, s’est félicité de cette journée, « très constructive et intéressante ». Un sentiment partagé par les responsables d’associations. Au total environ 70 associations du territoire ont participé à ce rendez-vous sur les 150 recensées. Les prochaines assises du sport auront lieu dans deux ans.

8 avril, 2015

Premières médailles en RUGBY pour LATOUR.

Classé sous Liens — jeanchristopheberlin @ 10:26

En finale académique, le Lycée LATOUR pour sa première participation finit deuxième

juste derrière CHAPTAL contre qui il perd 3/2 à la dernière seconde du match..

Notons les progrès de nos jeunes qui en début de saison avaient encaissés un cinglant 12 /0

contre cette même équipe..

Félicitation aux joueurs et aux bonneslatour medaille volontés du lycée qui ont permis à cette équipe d’exister.

Rendez vous la saison prochaine avec la création d’une équipe minimes.

 

 

Résultat des matchs Finale Académique Basse

(4 matchs de 2 X 5mn par équipe)

 

Gerson 2 – La Tour : 2 – 7

Stanislas 2 – Saint-Louis de Gonzague 3 : 0 – 3

 

Chaptal – Saint-Louis 3 : 7 – 0

Stanislas 2 – Gerson 2 : 1 – 6

 

La Tour – Chaptal : 2 – 3

Saint-Louis 3 – Gerson 2 : 3 – 2

 

Chaptal – Stanislas 2 : 9 – 1

Saint-Louis 3 – La Tour : 2 – 3

 

Chaptal – Gerson 2 : 6 – 2

Stanislas 2 – La Tour : 0 – 3

 

Classement :

1 Chaptal

2 La Tour

3 Saint-Louis de Gonzague 3

4 Gerson 2

5 Stanislas 2

ART ET TANDEM DICO |
angelin |
assuranceblog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cytotecfr
| vermoxfr
| cialisfr